Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyons nos vies comme des œuvres d'art !

Old_book_bindings.jpg
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 11:51



Art et Littérature bannière







Guy de Maupassant.



Le Horla.



Titre :                       Le Horla

Auteur :                  Guy de Maupassant

Recueil de 20 nouvelles (21 avec les deux versions du Horla.)

Editeur :                 Au sans pareil, Editeurs.

Collection :            La Bibliothèque des chefs-d’œuvre. (dirigée par Claude Tchou.)

Année :                   1996.

ISBN :                      2237001006




Le Horla :


L'intrigue :


Un homme au demeurant paisible, se voit peu à peu victime d’hallucinations. Celles-ci se veulent de plus en plus fréquentes, terrifiantes de réalismes et palpables. Si bien que cet homme finit par se demander s’il s’agit là de délires ou bien d’autres choses, bien plus effrayantes encore…


Mon avis :


Guy de Maupassant invite le lecteur dans un tourbillon d’inquiétudes et d’angoisses. Mais par delà l’histoire elle-même, il incite à la réflexion sur l’immensité inconnue, susceptible d’exister à nos côtés, échappant à nos sens défaillants.


 



Lettre d’un fou.   (Le Horla.)


 

Résumé :


Voir Le Horla.

 

Mon avis :


L’auteur invite le lecteur à découvrir les angoissantes découvertes de son personnage par le biais épistolaire. Redoutable d’efficacité !


 



Le père Judas.


L'intrigue :


Un très vieil homme marche depuis si longtemps qu’il se pourrait que cela fusse depuis toujours. Il trouve enfin refuge auprès d’une mendiante. Un jour vint où il fit l’acquisition de deux porcs…


Mon avis :


Guy de Maupassant tisse avec maestria cette petite nouvelle sur un principe bien connu : un tient vaut mieux que deux tu l’auras.

En l’occurrence, alors qu’il demeure famélique, cachectique, le père Judas repousse encore et toujours l’heure de manger ses cochons. Ils ne sont jamais assez gros à son goût.


 



Mademoiselle Cocotte.


L'intrigue :


Un cocher nommé François adopta un jour, une chienne efflanquée. Il se prit de tendres affections pour la bête. Mais celle-ci, attirant de façon surprenante et continuelle tous les chiens des villages alentour devint très vite un énorme problème pour le patron de François. Il dut alors, la mort d’en l’âme, s’en débarrasser. Mais réussira-t-il à se séparer de cet animal étrange ? ..

 

Mon avis :


Voici une efficace nouvelle dédiée à ce que nous pourrions nommer : l’effet boomerang ou retour de manivelle, lorsque nous nous livrons à de vils actes ; qui plus est, en parfait désaccord avec nous-même.

 



Apparition.


L'intrigue :


Un homme songe à son passé. Il vécut, cinquante-six ans auparavant, une désagréable et inexplicable aventure. Il dut aider un ami en retrouvant trois paquets postaux dans la chambre de sa défunte épouse…


Mon avis :


L’être éthéré de la peur ancestrale de l’inconnu, de l'insondable inexpliqué, vient de nouveau hanter cette nouvelle.

Efficace et sans fioriture, pourvue de cette toujours remarquable plume.


 



Lui ?


L'intrigue :


Un homme volage décide de se marier. Il sait que cela s’avérera très vite abstrus, car il aimera bientôt, immanquablement, toute autre femme que la sienne.

Seulement, il se trouve qu’il ne peut rester seul plus longtemps…


Mon avis :


La récurrence de la présence fantomatique induisant la terreur, ne lasse pas. Elle est abordée sous un angle quelque peu différent, rendant cette nouvelle aussi attrayante que les précédentes. Comme d’usuel, celle-ci fait mouche.


 



 

L’enfant.


L'intrigue :


Un médecin dîne chez des hôtes de bonne famille. Il relate avec force détails, un fait tragique qui se produisit en un passé proche. S’en suit une conversation houleuse.


Mon avis :


Guy de Maupassant évoque avec passion, les personnes devant lutter au quotidien contre leur nature se voulant volcanique. Ces personnes montrées du doigt par une société glacée, pourrait alors, n’être que martyrs.


 



Solitude.


L'intrigue :


Un soir de printemps, deux amis remontent l’avenue des Champs-Élysées, en une nocturne flânerie. L’un d’entre eux confesse sa récente découverte de l’abyssal et imparable solitude des âmes…


Mon avis :


Cette nouvelle ne comporte pas l’angoisse sous-jacente du surnaturel, mais celle de l’inquiétante Damoclès solitude qui ronge si souvent les existences.

Fait notable ; l’auteur cite deux poètes : Gustave Flaubert ainsi que René Armand François Prudhomme, connu sous le nom de M. Sully Prudhomme.


 



La Chevelure.


L'intrigue :


Un homme esthète acquiert un meuble ancien. Il le trouve superbe et ne se lasse de l’admirer, d’en manipuler portes et tiroirs. Voici qu’un jour, il y décèle, mussée dans un fond secret, une blonde natte…


Mon avis :


L’esprit humain, dans sa complexité, a propension à fournir sa propre réalité, laquelle est dissemblable pour son voisin.

Guy de Maupassant explore de nouveau, ce que le délire peut créer en un cerveau ne percevant plus la ténue limite, entre ce qui est et ce qui pourrait être.

Fait notable : G. de Maupassant cite le poète médiéval François de Montcorbier dit Villon.


 



Le tic.


L'intrigue :


Dans le cadre d’une cure thermale, les convives attablés scrutent et dévisagent les nouveaux arrivants. Ils aiment à découvrir d’inconnus visages.

Surviennent alors deux personnages des plus étranges. Un homme possédant un tic insolite et sa fille, cadavérique…


Mon avis :


Guy de Maupassant aborde en cette nouvelle, l’aspect abject et blasphématoire de l’irrespect envers un défunt. La mort pourrait bien foudroyer l’impénitent sacrilège et la vie regagner le violé trépassé, en une équité des plus obscures…


 



 Promenade.


L'intrigue :


Un homme seul, dont la vie est parfaitement plate et linéaire se sent un soir de printemps, au sortir du bureau, tout guilleret. Il décide de se promener direction les champs Elysée. Il y a trop longtemps, lui semble-t-il, qu’il n’a pas passé si agréable soirée. Il décide, après un très bon dîner chez un marchand de vin, de pousser le pas du côté du bois de Boulogne…


Mon avis :


La vie sans teinte, sans relief, sans passé ni futur, ne devrait jamais s’éblouir de la plénitude des existences vives. Car alors, le voile masquant la triste réalité de cette piètre condition, se déchire. Le gouffre béant de sa propre vacuité, pourrait bien pousser la morne vie, à devenir prématurément, éternel trépas.

 

 



La Peur.


L'intrigue :


Dans un train voyageant de nuit, deux hommes aperçoivent subrepticement, dehors, par la fenêtre, deux individus en haillons, auprès d’un gros feu de camp. S’en suit alors des conversations sur le thème de l’angoisse…


Mon avis :


L’auteur visite de nouveau, les conséquences de l’impact, ponctuel ou durable, que peut avoir sur la raison, une crainte, voire une terreur irraisonnée, suscitée par l’inconnu, l’impalpable, l’invisible.


 



La tombe.


L'intrigue :


Un gardien de cimetière surprit nuitamment, un individu violant une sépulture…


Mon avis :


Quand l’union de deux âmes, est à ce point parfaite, qu’elles n’en demeurent quasiment qu’une unique, radieuse et solaire, et que la mort soutire précipitamment l’une d’elles, le désert abyssal enveloppe alors la restante.  La vacuité effarante emplissant ainsi son existence peut aisément la tendre vers la folie.


 



Un Fou ?


L'intrigue :


Un homme reçoit un ami, un soir d’orage. L’invité possède un tic des plus étranges. Il cache constamment ses mains. L’électricité de l’air le perturbe en ce crépuscule tourmenté…


Mon avis :


La faiblesse de nos sens à déceler l’inconnu, les forces qui nous échappent, viennent à nouveau animer cette nouvelle qui parvient à faire sur le derme du lecteur, se dresser ses poils.




Un cas de divorce.


L'intrigue :


Un amant éperdu devient rapidement un mari las de sa femme, exaspéré par l’acte d’amour, qu’il prend pour vil et bestial, juste idoine à reproduire l’espèce. Plus le rebute le monde animal, plus l’attire le monde végétal…


Mon avis :


Guy de Maupassant que l’on sent interloqué, préoccupé et interpellé par la dégénérescence psychique qui frappe tant d’hommes et que l’on nomme la folie, tisse les mailles de ce récit avec ce fil récurent en ses nouvelles, dans un style toujours aussi efficace et captivant.


 



L’Auberge.


L'intrigue ::


Ulrich Kunzi, un jeune suisse, reste avec un vieil homme, en garde de la maison familiale, située dans les alpages, pour les cinq mois d’hivernage. Un jour, le vieil homme s’en va chasser et ne revient pas…


Mon avis :


La solitude inattendue et impromptue, alliée aux remords, à une conscience malmenée, perturbée, peut conduire l’esprit à se dévoyer, l’âme à s’emprisonner en une camisole de terreur.


 



La Nuit.


L'intrigue :


Un nocturne appréhende le coucher de l’astre solaire avec enthousiasme. Il se décide à se promener dans Paris, en la compagnie de celle qu’il apprécie le plus : la Nuit…


Mon avis :


Guy de Maupassant joue sur l’aspect métaphorique de la nuit, se voulant l’obscure inconnue qui assurément clôt le jour, qui peut-être clôt la vie. A trop aimer les ténèbres, elles finissent par vous envelopper à jamais.


 



L’homme de Mars.


L'intrigue :


Un homme s’entretient avec un autre en un monologue exalté et emphatique. Il raconte les mondes ignorés ultra-terrestres. Ils seraient forcément habités.


Mon avis :


L’infinité des règles qui régissent l’existence, sont si peu connues et soupçonnées, que l’éventualité de vies, sous quelques formes qu’elles puissent être, n’est pas absurde. Tel est le sujet, ci-présent abordé par Guy de Maupassant en cette nouvelle.


 



L’endormeuse.


L'intrigue :


A la réception des nouvelles, via son courrier, un homme est abasourdi par le nombre effarent de suicides qui ont lieu en une année. Son esprit se laisse aller au songe…


Mon avis :


Guy de Maupassant aborde le sujet délicat de la gestion de la détresse humaine et de la mort, plus précisément, de la fin de vie, de l’accompagnement lors du passage…

Il évoque l’hypothèse de structures guidant les désespérés, leur permettant ou de rebondir dans l’existence ou  de s’en aller vers l’au-delà, de façon douce et sereine.


 



Qui sait ?


L'intrigue :


Un homme, ne supportant guère que la solitude, rentre, une nuit chaude d’été, chez lui après une soirée passée au théâtre. Quand il arrive à sa demeure, il ressent une étrange impression. Il ne peut se résoudre à franchir son seuil. C’est alors qu’il perçoit de très insolites bruits à l’intérieur de ses murs…


Mon avis :


S’il arrive que l’on soit témoin d’une scène à ce point hallucinante que l’on ne peut en témoigner à quiconque sans risquer de passer pour fou, comment réagirait-on ?

Tel est le thème abordé, en cette nouvelle qui clôt l’ouvrage de cette édition.










Mes lectures.




Accueil.









Art et Littérature

Partager cet article
Repost0

commentaires

D

Oh lalalala.....à relire et à lire! Merci toi! Bisousssssssssss


Répondre
F

Toujours le même plaisir... intact.
Plein de bisous Petite Sœur.