Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyons nos vies comme des œuvres d'art !

Old_book_bindings.jpg
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 11:23



Art et Littérature bannière




Alfred de Musset est un poète français né le 11 décembre 1810 à Paris. Il contribua à donner ses lettres de noblesse au romantisme poétique. Sa liaison houleuse avec George Sand lui laissa une telle cicatrice au cœur, que nombre de ses textes découlèrent de cette béante blessure. Sa poésie en sera marquée par un aspect davantage dramatique que contemplatif. Nous pouvons observer tout au long de son œuvre, les moments d’intense désarroi, les moments d’accalmie, les rechutes, puis le temps enfin venu de la guérison.

Alfred de Musset qui fut un brillant lycéen, abandonna cependant tôt ses études pour se donner à la littérature en 1828. Il mourut le 02 mai 1857.

 

Une partie de son œuvre :

 

A Aimée d'Alton

A George Sand (I)

A George Sand (II)

A George Sand (III)

A George Sand (IV)

A George Sand (V)

A George Sand (VI)

A Juana

A Julie

A la Malibran

A la mi-carême

A Laure

A M. A. T.

A M. V. H.

A ma mère

A Madame Cne T.

A Madame G. (Rondeau)A. de MUSSET

A Madame G. (Sonnet)

A Madame M...

A Mademoiselle ***

A Mademoiselle Rachel

A Mme N. Ménessier

A mon ami Alfred T.

A mon ami Edouard B.

A mon frère, revenant d'Italie

A Ninon

A Pépa

A Sainte-Beuve

A Ulric G.

A une fleur

Adieu !

Adieux à Suzon

Au Jungfrau

Au Roi, après l'attentat de Meunier

Ballade à la lune

Cantate de Bettine

Chanson : A Saint-Blaise...

Chanson : Bonjour, Suzon...

Chanson : J'ai dit à mon cœur...

Chanson : Lorsque la coquette Espérance...

Chanson de Barberine

Chanson de Fortunio

Complainte de Minuccio

Conseils à une parisienne

Derniers vers

Fragment

Idylle

Impromptu

Jamais

L'andalouse

La nuit

La nuit d'août

La nuit d'octobre

La nuit de décembre

La nuit de mai

Le chant des amis

Le fils du Titien

Le lever

Le mie prigioni (mes prisons)

Le petit endroit

Le Rhin

Le Rhin allemand

Le rideau de ma voisine

Le saule

Les vœux stériles

Lucie

Madame la Marquise

Madrid

Marie

Mimi Pinson

Non, quand bien même une amère souffrance

Par un mauvais temps

Rappelle-toi

Rolla (La cavale sauvage)

Rondeau : A Madame H. F.

Rondeau : Dans dix ans d'ici seulement

Rondeau : Fut-il jamais douceur de cœur pareille

Sonnet : A Madame ***

Sonnet : Béatrix Donato...

Sonnet : Que j'aime le premier frisson d'hiver...

Sonnet : Se voir le plus possible...

Sonnet à la même (Madame M. N.) (I)

Sonnet à la même (Madame M. N.) (II)

Sonnet à Madame M. N.

Sonnet au lecteur

Souvenir

Stances

Sur trois marches de marbre rose

Sur une morte

Tristesse

Un rêve

Une bonne fortune

Une promenade au Jardin des Plantes

Une soirée perdue

Venise

Vision

 


Impromptu

Chasser tout souvenir et fixer sa pensée,
Sur un bel axe d'or la tenir balancée,
Incertaine, inquiète, immobile pourtant,
Peut-être éterniser le rêve d'un instant ;
Aimer le vrai, le beau, chercher leur harmonie ;
Écouter dans son cœur l'écho de son génie ;
Chanter, rire, pleurer, seul, sans but, au hasard ;
D'un sourire, d'un mot, d'un soupir, d'un regard
Faire un travail exquis, plein de crainte et de charme
Faire une perle d'une larme :
Du poète ici-bas voilà la passion,

Voilà son bien, sa vie et son ambition.  

 

Alfred de Musset.

 


Poésies choisies. 




Écrivains.


Accueil.





 

 

 

Art et Littérature

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 14:38

 




Art et Littérature bannière

 




Marguerite Germaine Marie Donnadieu, connue sous le nom de Marguerite DURAS, est une écrivaine, dramaturge, scénariste et réalisatrice française. Elle est née le 4 avril 1914 à Gia Dinh (Saïgon), à l’époque en Indochine française, et est décédée le 3 mars 1996 à Paris.

 


Son œuvre :

 

Les Impudents, éd. Plon, 1943.

La Vie tranquille, éd. Gallimard, 1944.

Un barrage contre le Pacifique, éd. Gallimard, 1950.

Le Marin de Gibraltar, éd. Gallimard, 1952.

Les Petits Chevaux de Tarquinia, éd. Gallimard, 1953.

Des journées entières dans les arbres - Le Boa, Madame Dodin, Les Chantiers, éd. Gallimard, 1954.

Le Square, éd. Gallimard, 1955.

Moderato cantabile, Les Éditions de Minuit, 1958. Prix de Mai en 1958.

Dix heures et demie du soir en été, éd. Gallimard, 1960.

L'Après-midi de Monsieur Andesmas (récit), éd. Gallimard, 1962.

Le Ravissement de Lol V. Stein, éd. Gallimard, 1964.

Le Vice-Consul, éd. Gallimard, 1966.M. Duras

L'Amante anglaise, éd. Gallimard, 1967.

Détruire, dit-elle, éd. Les Éditions de Minuit, 1969.

Abahn Sabana David, éd. Gallimard, 1970.

Ah ! Ernesto, conte pour enfants, ill. de Bernard Bonhomme, éd. Harlin Quist/Ruy-Vidal, 1971.

L'Amour, éd. Gallimard, 1972.

Vera Baxter ou les Plages de l'Atlantique, éd. Albatros, 1980.

L'Homme assis dans le couloir (récit), Les Éditions de Minuit, 1980.

L'Homme atlantique, Les Éditions de Minuit, 1982.

La Maladie de la mort (récit), Les Éditions de Minuit, 1982.

L'Amant, Les Éditions de Minuit, 1984. Prix Goncourt en 1984, Prix Ritz-Paris-Hemingway en 1986.

La Douleur, éd. P.O.L, 1985.

Les Yeux bleus, cheveux noirs, Les Éditions de Minuit, 1986.

La Pute de la côte normande, Les Éditions de Minuit, 1986.

Emily L., Les Éditions de Minuit, 1987.

La Pluie d'été, éd. POL, 1990.

L'Amant de la Chine du Nord, éd. Gallimard, 1991.

Yann Andréa Steiner, éd. POL, 1992.

Écrire, éd. Gallimard, 1993.

Recueils

L'Été 80, Les Éditions de Minuit, 1980.

Outside - Papiers d'un jour, éd. Albin Michel, coll. « Illustrations », 1981.

La Vie matérielle - Marguerite Duras parle à Jérôme Beaujour, éd. POL, 1987.

Les Yeux verts, éd. Les Cahiers du Cinéma, 1987. Paru préalablement dans Les Cahiers du cinéma n° 312-313 de juin 1980.

Le Monde extérieur - Outside 2, éd. POL, 1993.

C'est tout, éd. POL, 1995.

La Mer écrite, textes d'après des photographies d'Hélène Bamberger, éditions Marval, 1996.

La Cuisine de Marguerite, éditions Benoît Jacob, 1999

Cahiers de la guerre et autres textes, éd. établie par Olivier Corpet et Sophie Bogaert, POL/Imec, 2006.

La Beauté des nuits du monde, textes choisis et présentés par Laure Adler, éditions La Quinzaine littéraire, coll. « Voyager avec », 2010.

Théâtre

Les Viaducs de la Seine-et-Oise, éd. Gallimard, 1959.

Miracle en Alabama, de William Gibson, adapté par Marguerite Duras et Gérard Jarlot, L'Avant-Scène théâtre, 1963.

Théâtre I, éd. Gallimard, 1965 :

Les Eaux et Forêts.

Le Square.

La Musica.

L'Amante anglaise, éd. Gallimard, 1968.

Théâtre II, éd. Gallimard, 1968 :

Suzanna Andler.

Des journées entières dans les arbres.

Yes, peut-être.

Le Shaga.

Un homme est venu me voir.

India Song, éd. Gallimard, 1973.

L'Éden Cinéma, éd. Mercure de France, 1977.

Agatha, Les Éditions de Minuit, 1981.

Savannah Bay, Les Éditions de Minuit, 1982 - 2e édition augmentée, Les Éditions de Minuit, 1983.

Théâtre III, éd. Gallimard, 1984 :

La Bête dans la jungle, d'après Henry James, adapté par James Lord et Marguerite Duras.

Les Papiers d'Aspern, d'après Henry James, adapté par Marguerite Duras et Robert Antelme.

La Danse de mort, d'après August Strindberg, adapté par Marguerite Duras.

La Musica deuxième, éd. Gallimard, 1985.

Le Théâtre de l’amante anglaise, éd. Gallimard, 1991.

Théâtre IV, éd. Gallimard, 1999 :

Vera Baxter.

L'Éden Cinéma.

Le Théâtre de l’amante anglaise.

Home.

La Mouette.

 

 

Souce wikipédia.

 




Écrivains.


Accueil.




 

 

 

 

 

 

 

Art et Littérature

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 13:26



Art et Littérature bannière




Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, né le 24 janvier 1732 à Paris où il est mort le 18 mai 1799, est un écrivainmusicien (il est l’inventeur d’un mécanisme de perfectionnement destiné aux pédales de harpes), homme d'affaires, horloger (il est également l’inventeur du mécanisme de l’échappement à hampe) et poète français, considéré comme l’une des figures emblématiques du siècle des Lumières.

C’est en 1756 qu’il prend le nom de Beaumarchais, nom d’une terre qui appartenait à sa première épouse.

 


Principales œuvres :

Théâtre

Eugénie, drame en 5 actes en prose avec un essai sur le drame sérieux. Première représentation : 29 janvier 1767.

Les Deux Amis, ou le Négociant de Lyon, drame en 5 actes et en prose, Vve Duchesne, Paris, 1770. Première donnée à la Comédie-Française le 13 janvier 1770. 170px-Statue Beaumarchais Clausade Paris

Tarare, mélodrame en 5 actes, P. de Lormel, Paris, 1787. Première donnée à l’Académie royale de musique le 8 juin 1787. Livret de Beaumarchais, musique de Salieri.

Trilogie de Figaro, ou Le Roman de la famille Almaviva, selon l’appellation donnée par Beaumarchais dans une préface de La Mère coupable :

Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile, comédie en 4 actes, Ruault, Paris, 1775. Première donnée à la Comédie-Française le 23 février 1775 et 2ereprésentation du Barbier de Séville en 4 actes le 25 février 1775.

La Folle journée, ou le Mariage de Figaro, comédie en 5 actes et en prose, Ruault, Paris, 1778. Première donnée à la Comédie-Française le 27 avril 1784.

L’Autre Tartuffe, ou la Mère coupable, drame moral en 5 actes, Silvestre, Paris, 1792, an II [sic]. Première donnée le 6 juin 1792.

  

Source : wikipedia.

 




Portrait d'écrivains.


Accueil.  




 

 

Art et Littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 18:36

 




Art et Littérature bannière




 

Valentin Louis Georges Eugène Marcel Proust, plus connu sous le nom de Marcel Proust, vit le jour à Auteuil le 10 juillet 1871 et s’éteignit épuisé, à Paris le 18 novembre 1922 d'une bronchite mal soignée. Il est un écrivain français, dont l'œuvre principale est une suite romanesque intitulée À la recherche du temps perdu, publiée de 1913 à 1927.

proust2.jpgElevé dans un milieu bourgeois, cultivé et marqué par un entourage féminin, Marcel  Proust se lança d'abord dans des études de droit, puis de lettres, pour finir par intégrer le milieu artistique et mondain de Paris. Là, il commença une carrière de journaliste-chroniqueur qui le fit voyager de par l’Europe.

En 1907, Marcel Proust débuta l'écriture de son œuvre grandiose, À la recherche du temps perdu, dont les sept tomes seront publiés entre 1913 (Du côté de chez Swann) et 1927, c'est-à-dire en partie après sa mort ; le second volume, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, obtiendra le prix Goncourt en 1919.

 

Bibliographie :


  • Les Plaisirs et les Jours, Calmann-Lévy, 1896
  • La Bible d'Amiens, préface, traduction et notes de l'ouvrage de John Ruskin The Bible of Amiens, Mercure de France, 1904
  • « La mort des cathédrales », Le Figaro, 16 août 1904
  • Sésame et les lys, traduction de l'ouvrage de John Ruskin Sesame and Lilies, Mercure de France, 1906
  • Pastiches et Mélanges, NRF, 1919
  • Chroniques, 1927
  • Jean Santeuil, 1952
  • Contre Sainte-Beuve, 1954
  • Chardin et Rembrandt, Le Bruit du temps, 2009

À la recherche du temps perdu 

  • Du côté de chez Swann, Grasset, 1913
    • Partie 1 : Combray
    • Partie 2 : Un amour de Swann
    • Partie 3 : Noms de pays : le nom
  • À l'ombre des jeunes filles en fleurs, NRF, 1918, prix Goncourt
    • Partie 1 : Autour de Mme Swann
    • Partie 2 : Noms de pays : le pays
  • Le Côté de Guermantes I et II, NRF, 1921-1922
  • Sodome et Gomorrhe I et II, NRF, 1922-1923
  • La Prisonnière, NRF, 1923
  • Albertine disparue (La Fugitive), 1925
  • Le Temps retrouvé, NRF, 1927

 




 

Portraits d'écrivains.

 


 

Accueil.

 




 

 

 

 

 

Art et Littérature

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 11:16

 




 

Art et Littérature bannière

 




 

Krystin Vesterälen

 

 


Krystin Vesterälen m’a fait par d’une anecdote qui la déstabilisa quelque peu en un premier temps, puis qui lui en apprit finalement, davantage sur elle-même.

Lors d’une veillée contée, Krystin n’arriva pas à retrouver dans sa mémoire, une histoire qu’elle avait préparée, c’en est une autre qui de façon impromptue, s’imposa à elle, et dont les mots sortaient alors de sa bouche, comme malgré elle. Cette histoire qui s’invita à cette soirée sans même y avoir été invitée, Krystin ne l’avait pas contée depuis 15 ans. Depuis ce temps, elle pensait l’avoir oubliée. Elle s’imposa cependant à elle, là, intacte et virulente, comme apprise la veille seulement. Le plus curieux alors, fut que la bouche de Krystin prononçait les mots, égrenant ainsi ce conte imprévu comme l’on découvrirait un chapelet en observant une à une, les perles le composant. Son conscient percevait à l’instar des spectateurs présent ce soir là, ce conte que lui dictait son propre inconscient. Ce moment fut enregistré et c’est heureux, car notre conteuse n’en avait guère gardé le souvenir, comme ayant traversé un trou noir, ou plus exactement, un halo de lumière aveuglante, elle traversa cet instant qui dura une demi-heure, comme extérieure à elle-même, voire comme absente d’elle-même. Cependant, les mots furent distincts et bien choisis, l’histoire fut fluide, comprise et appréciée.

 

Krystin s’est rendu compte, prenant du recul sur ce phénomène, que se mussait dans les lignes de ce conte, dans son essence intrinsèque, un personnage chimérique qui, comme le souffleur au théâtre, venait à ses côtés, uniquement à l’évocation de ce conte précis, pour lui restituer les mots de son texte. Ce personnage éthéré et mystérieux, elle le nomme "Le Voyeur."

 

C’est ainsi que Krystin réalisa, que tous conteurs et conteuses qui sont les passeurs des histoires depuis la nuit des temps, qui choisissent donc les histoires qu’ils désirent transmette, pouvaient eux-mêmes, être choisis par une histoire, comme si cette dernière posait son dévolu sur un conteur précis, s’auto-transmettant ainsi à lui, afin qu’elle ne soit pas oubliée de la mémoire collective, de la mémoire des amoureux des mots, des amoureux de la féerie qui nous entoure et que nous pouvons tous discerner, à condition d’avoir l’esprit suffisamment large pour s’ouvrir à elle.

 

 


  Cie du Pausilippe

 

 


 

Contes de la goutte de miel.

L'Odysée. 

Dahut, l'épousée de la mer.

 




 

Portrait d'écrivains.

 


 

Accueil.

 




Art et Littérature

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 14:26

 




Art et Littérature bannière




 

Les contes de la Lunes

 

 

BIOGRAPHIE :

 

 


Née en Bourgogne Elisabeth Delaigle vit à Paris où elle est conseil en communication. L’écriture, occupe une grande partie de son quotidien professionnel et personnel.


 

Elle commence à écrire des contes pour enfants à l’âge de 15 ans.

Après une longue interruption, un petit âne gris rencontré en Périgord lui redonne envie d’écrire pour les petits. Ce sera « Pleine lune », qui ne fait pas partie du recueil mais qui est le point de départ de la thématique sur la lune.


 

Écrire pour les enfants est une vraie passion qui la plonge dans le passé, lorsqu’enfant elle-même, elle dévorait les Contes de Perrault, les livres de la Comtesse de Ségur et autres ouvrages de la littérature enfantine.


 

Tout l’inspire : la mer, les animaux, les fleurs, une plume qui vole, un bateau qui passe… et bien sûr les fées, les sorcières et autres êtres fabuleux ! Tout est prétexte à faire rêver, à solliciter l’imagination des enfants et celle des parents s’ils ont su garder leur âme d’enfant.

 


   

Les Contes de la Lune.


 




 

Écrivains.

 

 


 

Accueil.

 

 






Art et Littérature

Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 18:13

 




 

Art et Littérature bannière

 




 

 

  Alain Fournier, demi-pseudonyme d'Henri-Alban Fournier (3 octobre 1886 - 22 septembre 1914) est un écrivain français, mort pour la France à l’instar du poète Émile Despax, dans les premières semaines de la Grande Guerre, sur le front de Lorraine, à la fin de sa vingt-huitième année, dix mois après avoir publié un unique roman, Le Grand Meaulnes.

 


 

A Fournier

 


 

La publication du Grand Meaulnes


Durant cette même année 1913, qui voit, en juin, le début de sa liaison avec Pauline Benda-Perier - Madame Simone -, Fournier rencontre pour la seconde fois Yvonne de Quiévrecourt. Les chastes retrouvailles ont lieu au cours de l’été, sans doute du 1er au 4 août 1913, à Rochefort-sur-Mer, où la jeune femme, mère de deux enfants, est de passage chez ses parents. Le jeune homme est bouleversé — des notes sur un petit carnet noir en témoignent — mais sa vie sentimentale a pris désormais irrévocablement une direction nouvelle. Il échangera encore quelques lettres avec Yvonne de Quiévrecourt, mais ne la reverra pas.

Chronologie des publications
  • 1913 : le Grand Meaulnes (publié de juillet à novembre dans La Nouvelle Revue Française, puis chez Émile-Paul la même année) ; très nombreuses rééditions, dont sept éditions de poche parues à partir de 1971, puis en 2008, 2009 et 2010, ainsi qu'une édition savante de Marie-Hélène Boblet, chez Honoré Champion en 2009.
  • 1924 : Miracles (poèmes et nouvelles, rassemblés par Jacques Rivière), Gallimard ; réédités et complétés en 1986 chez Fayard par Alain Rivière.
  • 1926 : Correspondance avec Jacques Rivière, publiée par Isabelle Rivière chez Gallimard en 4 volumes de 1926 à 1928 (deux rééditions d'abord en 2 volumes en 1947, puis complétée et entièrement refondue en 2 volumes par Alain Rivière et Pierre de Gaulmyn en 1991).
  • 1929 : Lettres à sa famille (1905-1914); réédition complétée sous le titre Lettres à sa famille et à quelques autres' par Alain Rivière en 1991 chez Fayard.
  • 1930 : Lettres au petit B. (Le "petit B." est René Bichet, poète, ancien camarade du lycée Lakanal, ami d'Alain-Fournier et de Jacques Rivière) ; réédition complétée par Alain Rivière en 1986 chez Fayard.
  • 1973 : Charles Péguy - Alain-Fournier, Correspondance, Paysages d'une amitié, présentée par Yves Rey-Herme, rééditée et complétée en 1990 chez Fayard.
  • 1986 : La peinture, le cœur et l'esprit. Correspondance inédite (1907-1924). André Lhote, Alain-Fournier, Jacques Rivière (William Blake & Co).
  • 1990 : Colombe Blanchet - Esquisses d'un second roman inédit. Transcription d'un manuscrit de 133 pages éparses (esquisses et brouillons, notes préparatoires), Le Cherche Midi, 1990.
  • 1992 : Alain-Fournier, Madame Simone, Correspondance 1912-1914, présentée et annotée par Claude Sicard, Fayard, 04/11/1992, (ISBN 978-2-213-02998-6)

 

 

Source wikipédia.

 


alain fournier


 

logo-data.BNFgif-copie-1.gif

 





 

Écrivains.

 

 


 

Accueil.

 

 




 

 

 


Art et Littérature

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 16:42



Art et Littérature bannière




 

 

Honoré de Balzac, né Honoré Balzac à Tours le 20 mai 1799 et mort à Paris le 18 août 1850, est un écrivain français. Tour à tour romancier, dramaturge, critique littéraire, critique d'art, essayiste, journaliste, imprimeur, il a laissé une œuvre romanesque qui compte parmi les plus imposantes de la littérature française, avec 91 romans et nouvelles parus (137 prévus) de 1829 à 1852.

Honoré de Balzac est un des maîtres incontestés du roman français dont il a abordé plusieurs genres : le roman historique / politique, avec Les Chouans, le roman philosophique avec le Le Chef-d'œuvre inconnu, le roman fantastique avec La Peau de chagrin, le roman poétique avec Le Lys dans la vallée. Mais ses romans réalistes et psychologiques les plus célèbres comme Le Père Goriot ou Eugénie Grandet, qui constituent une part très importante de son œuvre, ont induit, à tort, une classification réductrice "d'auteur réaliste."

Les études balzaciennes récentes soulignent au contraire le romantisme de Balzac et la poétique de ses romans, notamment dans Lys dans la vallée, ainsi que l'inspiration fantastique, voire mystique, qui imprègne nombre de ses romans ou nouvelles, et qui, selon Jacques Martineau, « ne disparaît jamais totalement de la Comédie humaine depuis La Peau de chagrin et La Messe de l'athée jusqu'à Louis Lambert ».

 Balzac a organisé ses œuvres en un vaste ensemble, La Comédie humaine, dont le titre est une référence à la Divine Comédie de Dante. Son projet est d'explorer les différentes classes sociales et les individus qui les composent. Il entend « faire concurrence à l'état civil » selon la formule qu'il emploie dans l'Avant-propos de la Comédie humaine.

Il a réuni ses textes dans des ensembles génériques : Études de mœurs, Études analytiques, Études philosophiques. Il attachait une énorme importance aux Études philosophiques qui permettent de comprendre l'ensemble de son œuvre. La Peau de chagrin représentait selon ses propres termes « la clé de voûte qui relie les études de mœurs aux études philosophiques par l'anneau d’une fantaisie presque orientale où la vie elle-même est prise avec le Désir, principe de toute passion. »

Honoré de Balzac a brossé un vaste tableau de la société de son temps créant des archétypes comme celui du jeune provincial ambitieux à la conquête de Paris Eugène de Rastignac, de l'avare tyran domestique : Félix Grandet, l'icône du père : Jean-Joachim Goriot, ce « Christ de la paternité», ou le bagnard reconverti en policier : Vautrin.

Il a influencé directement des auteurs comme Gustave Flaubert dont le roman L'Éducation sentimentale est directement inspiré du Lys dans la vallée, et Madame Bovary, de La Femme de trente ans. Le cycle romanesque de La Comédie humaine et le principe des personnages reparaissant ont également influencé de nombreux auteurs de son siècle et du siècle suivant, notamment Émile Zola, pour le cycle des Rougon-Macquart.

 

 

 


 

balzac2

 


 

 

Ces principaux ouvrages. 

 

 

Liste des œuvres selon la bibliographie de Hugo P.Thieme (1907)

  • Les Chouans, 1829
  • La Peau de chagrin, 1831
  • Le Chef-d'œuvre inconnu, 1831
  •  Le Colonel Chabert, 1832
  • Le Médecin de campagne, 1833
  • Eugénie Grandet, 1833
  • Histoire des Treize, comprenant :
    • Ferragus, 1833
    • La Duchesse de Langeais, 1833, 1839
    • La Fille aux yeux d'or, 1835
  • La Recherche de l'absolu, 1834, 1839, 1845
  • Le Père Goriot, 1835
  • Le Lys dans la vallée, 10 juin 1836
  • La Vieille Fille, 1836
  • César Birotteau, 1837
  • La Maison Nucingen, 1838
  • Les Secrets de la princesse de Cadignan, 1839
  • Béatrix, 1839
  • Illusions perdues (I, 1837; II, 1839; III, 1843)
  • La Rabouilleuse, 1842
  • Modeste Mignon, 1844
  • La Cousine Bette, 1846
  • Le Cousin Pons, 1847
  • Splendeurs et misères des courtisanes, 1838, (Werdet), 1844-1846, (Furne), 1847 (Furne)
  • Ursule Mirouët, 1842, (Souverain), 1843, (Furne)

 

 

Source wikipédia.

 

 

 




 

Écrivains

 


 

Accueil. 

 




 

Art et Littérature

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 14:19

 




 

Art et Littérature bannière

 




 

 

 

Charles Baudelaire est un poète français né à Paris le 9 avril 1821. Petit garçon, il n'a jamais accepté le remariage de sa mère avec le général Aupick alors qu'il n'avait que 7 ans. Peut-être est-ce là la cause de son esprit indocile ?

Charles Baudelaire est alors fermement décidé à mener une vie de dandy. Cependant, cette option est vivement contrariée par l’action de son beau-père, qui le fait embarquer de force sur un paquebot en direction des Indes, et qui place sous tutelle judiciaire, la fortune héritée de son père et menacée d'être rapidement dilapidée. Contraint de travailler, Charles Baudelaire se consacre à la critique d'art et à la traduction des oeuvres d'Edgar Poe.

Il écrit lui-même et publie en 1857 "Les Fleurs du Mal", recueil de vers exaltant la beauté en germe dans toute perversité, dans toute souffrance. L'ouvrage est condamné pour "outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs". Il faut dire que le poète fait fi des valeurs bourgeoises triomphantes en ce siècle.

Il s'éteint prématurément, à Paris, le 31 août 1867, le corps rongé par la syphilis, l'alcool et autres substances hallucinogènes. Son oeuvre fonde la modernité poétique, en particulier le symbolisme.

 

 

Source Even

 


 


 

 

C. Baudelaire


 


 

Ces Principaux ouvrages : 

 

  • Salon de 1845 (1845)
  • Salon de 1846 (1846), illustré par Raymond Pelez
  • La Fanfarlo (1847), nouvelle
  • Du vin et du haschisch (1851)
  • Fusées (1851), journal intime
  • L'Art romantique (1852)
  • Morale du joujou (1853, réécrit en 1869)
  • Exposition universelle (1855)
  • Les Fleurs du mal (1857)
  • Le Poème du haschisch (1858)
  • Salon de 1859 (1859)
  • Les Paradis artificiels (1860)
  • La Chevelure (1861)
  • Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains (1861)
  • Richard Wagner et Tannhäuser à Paris (1861)
  • Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris (1869), poème en prose (posthume)
  • Le Peintre de la vie moderne (1863)
  • L'œuvre et la vie d'Eugène Delacroix (1863)
  • Mon cœur mis à nu (1864), journal intime
  • Curiosités esthétiques (1868)
  • Lettres
  • L'Art romantique (1869)
  • Journaux intimes (1851-1862)

 

Source Wikipédia

 

  Baudelaire signature

 




 

Écrivains.

 


 

Accueil.

 




 

Art et Littérature

 

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 17:59

 




 

Art et Littérature bannière

 




 

 

 

Albert Camus est un auteur français, fils de Lucien Camus, ouvrier agricole mort pendant la Grande Guerre, et de Catherine Sintes, jeune servante d'origine espagnole. Albert Camus grandit à Alger et obtient son bac en 1932 avant de faire des études de philosophie. Il entame une carrière de journaliste et écrit pour Alger Républicain où ses articles le font remarquer. Il part ensuite pour Paris où il est engagé par Paris soir. Dans les mêmes années, il publie 'L' Etranger', un roman qui arrivera en tête du classement des cent meilleurs livres du XXe siècle en 1999. En 1936, il fonde le théâtre du Travail et écrit avec trois amis 'Révolte dans les Asturies', une pièce qui sera interdite. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, il intègre un mouvement de résistance à Paris, tout comme Jean-Paul Sartre, avec lequel il se lie d'amitié. Il devient ensuite rédacteur en chef du journal Combat à la Libération. C'est dans ce journal que paraît un célèbre éditorial écrit par Camus, dans lequel il dénonce l'utilisation de la bombe atomique par les Etats-Unis. 'La Peste' est publié en 1947 et connaît un très grand succès. Son œuvre, articulée autour des thèmes de l'absurde et de la révolte, est indissociable de ses prises de position publiques concernant le franquisme, le communisme, le drame algérien... Passionné de théâtre, Camus adapte également sur scène 'Requiem pour une nonne' de Faulkner. Il obtient le prix Nobel de littérature en 1957 'pour l'ensemble d'une oeuvre qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes.' Trois ans plus tard, il meurt tragiquement dans un accident de voiture dans la petite ville de Villeblevin.

Source EVEN



albert camus reference

 


 

 

Œuvres de Camus 


Révolte dans les Asturies (1936), essai de création collective

L'Envers et l'Endroit (1937), essai

Caligula (première version en 1938), pièce en 4 actes

Noces (1939), recueil d'essais et d'impressions

Le Mythe de Sisyphe (1942), essai sur l'absurde

L'Étranger (1942), roman

Le Malentendu (1944), pièce en 3 actes

La Peste (1947 ; Prix de la critique en 1948), récit

L'État de siège (1948) Spectacle en 3 parties.

Les Justes (1949), pièce en 5 actes

Actuelles I, Chroniques 1944-1948 (1950)

L'Homme révolté (1951), essai

Actuelles II, Chroniques 1948-1953

L'Été (1954), essai

La Chute (1956), roman

L'Exil et le Royaume (Gallimard, 1957), nouvelles (La Femme adultère, Le Renégat, Les Muets, L'Hôte, Jonas, La Pierre qui pousse)

Réflexions sur la peine capitale (1957), en collaboration avec Arthur Koestler, Réflexions sur la Guillotine de Camus

Actuelles III, Chroniques algériennes, 1939-1958 (1958)

 

 

 

  Source wikipédia.


 

 




 

Écrivains.

 


 

Accueil.

 




Partager cet article
Repost0