Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyons nos vies comme des œuvres d'art !

Old_book_bindings.jpg
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 11:05

 




 

Art et Littérature bannière

 




 

 


 

Thierry BENQUEY est un écrivain français, né en 1959. Après avoir été postier durant deux années, Thierry exerça divers métiers qui l’enrichirent sur le plan humain. Il fut comptable en 1994 pour la compagnie de marionnettes Morisse et Cie. Marié en 1999, Thierry subira une terrible épreuve familiale, en 2003. De cette immense affliction et déchirure, naîtra la plume poétique et précise de cet homme que la vie a écorché vif et qui, s’en étant relevé, décida d’en déceler de la force plutôt que d'en subir un abattement continu. Son être devenu éponge à émotions, les engrange pour les restituer à merveille, dans des textes tantôt candides et lyriques, tantôt percutants et précis, ayant toujours beaucoup d’intérêt et étant constamment agréable à lire. Thierry est l’un de ces auteurs qui ne font pas qu’écrire. Thierry crée de la Littérature.

En 2004, Thierry rédigea "Au-delà des couleurs" qui sera produit en spectacle de marionnettes par Morisse et Cie (plus de 140 représentations.) Thierry est aujourd’hui un écrivain acharné, dont le talent perce enfin. Il commence à récolter les fruits tant mérités de son travail conséquent et de grande qualité. Gageons, et là je ne prends pas grand risque, que cet auteur sera un écrivain phare sous peu, qui est bien parti pour laisser son empreinte dans la littérature française.

 

 

Découvrez vite cet auteur sur :


http://www.tby-liber.com/blogfr/


et sa page facebook :


facebook.com/tbenquey


 


 

 

Thierry Benquey

 

 


 

 

 

Voici en cadeau, une poésie, une merveille comme sait si bien en écrire Thierry :

 


J’ai oublié le nom de chaque larme, le nom des larmes versées.


Celles de l’enfant que j’ai été, des pleurs pour rire ou pour chialer.
Ces eaux d’adolescence qui jaillissaient comme des essences,
ces passions, ces nectars du trop peu ou trop tard.
Elles nourrissaient des colibris, ces beaux oiseaux au nom joli.


J’ai oublié le nom de chaque larme, le nom des larmes versées.


Celles de l’homme que je fus, lorsque son cœur s’est tu,
de celui que je suis lorsque la vie s’enfuit.
Je n’ai pas oublié le nom de ceux qui sont partis.


Non !


J’ai oublié le nom de chaque larme, le nom des larmes versées.


J’ai beau chercher dans ma tête vidée.
Mais comment se nommaient-elles ?
Joie ? Nacre ? Arc-en-ciel ou Cruelle ?


J’ai oublié le nom de chaque larme, le nom des larmes versées.


J’enrage, c’est important ! Même si elles ne sont qu’instants.
Le Graal n’est-il pas le calice où elles reposent sans malice ?
Puissent-elles féconder la terre, porter des fruits ou la lumière.


J’ai oublié le nom de chaque larme, le nom des larmes versées.


Sais-tu pourquoi elles sont salées ?


À mes deux Lucien, l’un père, l’autre fils.

 

 

  © Thierry BENQUEY

 

 


 

 

  Le Rocher.

 

 




 

Écrivains.

 


Accueil.

 




 

 

 

 

Art et Littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

T


Merci.


Amitié


Thierry



Répondre
F


À bientôt sur OB ou FB...


Amitiés Thierry.