Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyons nos vies comme des œuvres d'art !

Old_book_bindings.jpg
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 14:24

 




Art et Littérature bannière




 

Titre :                                                                            La chute

Auteur :                                                                        Albert Camus

Éditeur :                                                                       Gallimard

Collection :                                                                   Folio

Genre :                                                                           Roman

Année de création :                                                      1956

Année de premier dépôt légal dans la collection :    1972

Année de cette parution :                                            2006

ISBN :                                                                            2070360105

 

 


 

L’intrigue :albert camus reference

 

Dans un estaminet hollandais, Jean-Baptiste Clamence, ancien avocat autoproclamé juge-pénitent, rencontre un homme avec qui il lie conversation. Plus exactement, il s’invite à ses côtés et s’impose quelque peu. La conversation est à ce point menée, dirigée par Jean-Baptiste, centrée sur lui-même, qu’elle en est davantage un soliloque qu’un dialogue. Il se dévoile, il raconte sa vision du monde, sa version de l’humanité, son aversion de lui-même, lui qui il n’y a pas si longtemps, s’aimait encore tant. Il prêche, articule des idées et des préceptes sur son idéal absolu, il exprime ses déceptions accrues, ses illusions déchues et ses espoirs déçus…

 


 

Mon avis :

 

Nous voici alpagué par ce curieux personnage qu’est Jean-Baptiste Clamence. Nous étions à ce bar, assis sagement au comptoir, quand ce monsieur vint nous tenir la jambe. Nous ? Oui, parfaitement ! Pourquoi pas en La chutetous cas. Car hormis le fait que nous ne sommes pas obligatoirement avocat, comme l’est l’interlocuteur de Jean-Baptiste, nous pouvons aisément avoir le sentiment d’être précisément cet interlocuteur qui tout au long de ce récit, échange et surtout écoute monsieur Clamence clamer sa vérité, cet étrange individu se déclarant devenu juge-pénitent.

Quel bien curieux prophète, cet homme que la vie gâta en lui fournissant mout bonnes cartes dans son jeu ; une tête bien faite sur un corps robuste, une belle situation, de nombreux amis dont beaucoup l’enviaient et dont certains le glorifiaient presque. Mais cet homme se dessilla. Il se rendit compte de sa misérable condition. Il réalisa l’aspect factice de ses qualités, le côté sommaire et controuvé de ses joies, l’indicible vacuité de ses appétences, l’inutilité exemplaire et affligeante de ses jours. Cet homme qui se crut jadis puissant et heureux, voire comblé, en vint à se percevoir comme un être en danger, un frêle esquif en perdition, balloté, chahuté par les eaux saumâtres et tourmentées de l’existence. Cet homme s’inventa donc sa bouée, en se raccrochant à un précepte imaginé par son esprit vacillant, consistant à continuer de mentir à son entourage, mais ne se mentant plus à lui-même, à continuer comme auparavant de profiter des bas plaisirs et de vivoter, mais en ayant alors pleinement conscience de sa lâcheté sur le cours des choses, de son impact inexistant sur les évènements de sa propre vie. Il se raccroche à ce point à cette bouée, qu’il en use de prosélytisme, tel le prophète dévoré et illuminé par sa croyance phagocytante et aveuglante.

 

Albert Camus nous invite à écouter les considérations existentielles de Jean-Baptiste Clamence, dans ce récit qui résonne forcément en chaque lecteur, car lui renvoyant quelques-unes de ses interrogations, quelques-unes de ses tares qui hélas, de façons quasi certaines, viennent à entraver son être, en arrivent à alourdir sa destinée, quand toutefois cette dernière ne s’en voit pas tout bonnement dévoyée.

Ce récit présente cet aspect non anodin et parfaitement maîtrisé, du narrateur, ici l’héroïne, qui quoique s’adressant à une personne précise, semble néanmoins s’adresser directement au lecteur, lequel se surprend à vouloir répondre à Jean-Baptiste.

Voici un livre qui nous tient, qui nous fait nous interroger sur nous-mêmes, sur ce pourquoi et pour qui nous avançons ; un livre que nous continuons de lire, au-delà de l’ultime mot.

 




 

Mes lectures. 

 


 

Accueil.

 




Art et Littérature

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Un de mes auteurs préférés que je relis toujours avec plaisir, je ne peux que regretter la polémique qui concerne l'exposition qui devait avoir lieu pour lui rendre hommage...
Répondre
F


Bonjour Marc,


Oui tout ceci est bien regrettable. Cette exposition aura pour titre: «Albert Camus. Un homme révolté». Il est à penser que ce qui se trame autour de cet évènement, n'aurait pas été pour calmer
sa révolte.


À bientôt Marc et merci pour vos passages sur Art et Littérature.