Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyons nos vies comme des œuvres d'art !

Old_book_bindings.jpg
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 13:24

 




Art et Littérature bannière 




Titre :                                                                                                 Eugénie Grandet

Auteur :                                                                                             Honoré de Balzac

Œuvre globale dont " Eugénie Grandet " est inhérent :         La Comédie Humaine

Éditions :                                                                                           Gallimard

Collection :                                                                                        Folio classique

Genre :                                                                                                Roman

Année de parution :                                                                             1833

Année de cette édition :                                                                       2005

ISBN :                                                                                                  2070409287

 


 

 

L’intrigue :

 

L’action se déroule à Saumur, au début du 18ème siècle. L’ancien tonnelier et ancien vaguemestre, Félix Grandet, propriétaire terrien aisé, lettré et sachant utiliser les chiffres avec pertinence, vit chichement dans une froide maison, dépourvue de confort, avec sa femme, sa fille Eugénie et sa servante Nanon. Les deux principales activités du père Grandet, sont d’une part de faire croire à sa  famille qu’ils ne sont pas riches, leur faisant ainsi mener une vie minimaliste frisant l’ascétisme, seyant à son avarice affutée, et d’autre part, d’œuvrer, vivre et respirer dans un seul et unique but, faire fructifier ses biens, amasser, entasser, engranger et collectionner ors et écus, aimant à les contempler et à les admirer, affectant à ce personnage le caractère d’un autre, illustre, qui vit le jour sous la plume imaginative d’un certain Jean-Baptiste Poquelin.

Seulement le père Grandet a un frère parisien qui vécut jusqu’alors dans l’opulence mais qui vient à faire banqueroute. Ce frère envoie donc son fils, le neveu de Félix, qui est demeuré ignorant des difficultés de son père ainsi que de sa faillite, à Saumur, afin que Félix s’en charge et le soigne. Voici une situation que notre avare n’avait prévue et qui n’entre aucunement dans ses plans, d’autant que sa fille Eugénie, semble succomber au charme de ce cousin tombant comme une mouche dans le potage familial…

 


 

 

Mon avis :

 

La comédie humaine ! Comme ce titre chapeau, regroupant moult volumes, dont "Eugénie Grandet", porte bien son nom ! L’existence humaine et ses nombreuses vicissitudes et incohérences, son caractère illusoire, dépourvu de sens absolu, frisant avec la désarmante vacuité de sa condition, la déraison sinon omniprésente, souvent sous-jacente à toute action de l’Homme ; l’existence humaine donc, n’est-elle vraiment autre qu’une chimère, qu’une fourberie, qu’une pathétique comédie ?

eugenie-grandetDe toutes les vicissitudes humaines, il en est une qui manque rarement à l’appel, il s’agit de l’avarice. Voici le mal dont est atteint le père Grandet, qui régira son existence, s’accrochant à lui et déformant sa personnalité comme la varice vient à déformer toute veine ; lutter contre est pour ce genre d’individu, tentative toute vaine. L’appât du gain, ce mesquin cousin de la cupidité, vient tôt ou tard à souiller de nombreuses âmes, demeurant trop basses pour réussir à ne pas se corrompre dans ces nappes médulleuses, brouillards épais et tenaces, serpentant sur le sol fécond de la bassesse. Cet ainsi que ces âmes, combien même ont-elles bien pu être pures à l’origine, peuvent finalement trahir et déchirer tout blanc serment, toute sainte promesse, tout sain projet.

Honoré de Balzac nous emmène dans cet univers dont le calcul le plus glacial remplace la chaleur humaine la plus vitale, dans lequel se plongent avec délectation certains d’entre nous, dans lequel beaucoup d’autres, sont obligés de surnager, en subissant au quotidien les implacables affres ; certains s’en tirent indemnes, d’autres se laissent gâter. Une question de hauteur spirituelle…

Ce texte, magistralement écrit, malgré quelques incohérences dues à ces multiples reprises et éditions successives, assujetties à de nombreuses corrections, nous démontre si le besoin en est, que là où l’humain demeure, la comédie jamais ne meurt.

 




 

Mes lectures.

 


 

Accueil.    

 




 

 

 

 

Art et Littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires