Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyons nos vies comme des œuvres d'art !

Old_book_bindings.jpg
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 14:07



Art et Littérature bannière




 

 

 

 

Auteur :  Jeanne Benameur.

 

Editeur :  Éditions Denoël.

 

Collection :  folio.

 

Année de parution :  2000.

 

ISBN : 978-2-07-042196-1

 

 



 

 


L'intrigue :

 

 

Une femme demeurée, la Varienne, vit seule dans sa petite maison, avec sa fille, Luce.

Un jour arrive où Luce est obligée d’aller à l’école. Cette absence quotidienne pèse énormément sur la Varienne. La petite Luce le ressent fortement. Alors, elle se ferme aux mots, elle se bloque devant le savoir, se refuse à l’école.

Son institutrice, la demoiselle Solange, désire par-dessus tout, la sortir de son ignorance. Elle semble être la seule à savoir que fille de demeurée n’est pas forcément demeurée.

Mais la petite s’enfuit à toutes jambes de l’école. Elle se réfugie de tout son être dans la fièvre torpide qui la fait rester avec la Varienne dedans leur petite maison, ensemble, en un bloc indissociable, indivisible, inébranlable et indestructible…

 

 



 


 

 

Mon avis :



Les Demeurées
est un petit roman de 80 pages. Il est une fable poétique d’une force inouïe. Chaque phrase de Jeanne Benameur véhicule une poésie chargée d’une intense émotion. L’émotion de l’inquiétude, l’émotion de l’empathie, de l’incompréhension, du repentir, l’émotion de l’ouverture et du savoir, l’émotion de la vie.

Jeanne Benameur prouve que l’on peut porter le roman à un stade, à des niveaux supérieurs, que l’on peut faire rimer prose avec poésie.

Lisez la première page et vous glisserez en cette bouleversante fable jusqu’au tourné de la dernière, vous sentant pénétré, habité par l’intensité exceptionnelle du récit.

 

Une pure merveille de style, tant en sa forme, qu’en son essence.

A lire et relire !

 






Mes lectures.



Accueil.




 


Art et Littérature

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
je suis moi-même si on peut appeler "demeurée" vu que je suis bi-polaire, et je me revois agée de 23 ans anorexique, paumée, non soignée, restant cloîtrée dans mon appartement, les volets clots, mon fils de 3 ans que je serrais contre moi, nous passions les journées comme ça sur le lit serrés l'un contre l'autre, et je me dis aujourd'hui que j'étais vraiment atteinte, mais lorsque cela c'est produit je ne m'en rendait pas compte, la maladie vous sort complètement de la réalité. Et je n'étais pas soignée, étant donné que ma famille rejetait et niait entièrement ma maladie.
Répondre
T


L'attention et l'amour de l'autre, qu'il soit proche ou non, reste le meilleur des remèdes.
Heureux de votre passage en mon univers. Revenez souvent, vous êtes la bienvenue.
Amicalement.







D
Un écrit et une écriture et une thème que je devrais forcément apprécier. Ton avis est "extra" et alléchant...Merci et bisous! 
Répondre
T


Je pense que tu aimeras la sensibilité exacerbée de ce récit...







A
oula voila ce que c'est que de faire plusieurs choses à la fois! *CES résumés. Pardon!
Répondre
T

Coucou! Je ne saisis pas bien où tu désires en venir... mais heureux de ta visite.
Amitiés.


A
j'ai eu l'occasion d'en lire quelques parties à voix haute dans mon atelier de lecture-écriture et cela m'avait beaucoup plus. Et avec ton appréciation en plus, je pense le lire et l'ajouter à ma Pile à Lire!Bonne journée et merci pour ses résumés intéressants!
Répondre
T

Grand merci à toi! Voilà, je sais à présent où tu voulais en venir.
Amitiés.