Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyons nos vies comme des œuvres d'art !

Old_book_bindings.jpg
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 17:44



Art et Littérature bannière




 


Auteur :       Catherine Hermary-Vieille 

 

Titre :            Le Roman d’Alia.



Editions:       Albin Michel.

 




 

 

L'intrigue :



Au crépuscule de sa vie, une vieille dame se voit placée en résidence de retraite : les Amaryllis. Elle s’imagine déjà en partir, comme la quasi-totalité des ses pensionnaires quand ils ne sont pas redirigés vers une structure prenant en charge les vieux perdant l’esprit ou devenant incontinents, les pieds devants. S’engage alors de sa part, une résistance sourde et latente contre la débilité et la sénilité fondant sur les internes en maison de retraite, précipitées par l’infantilisation avec laquelle on les traite. Aux Amaryllis, elle rencontre une femme, Jamila, qui leur sert les repas et y fait le ménage.

Les deux femmes se prennent d’amitiés. Mais Jamila doit quitter la France précipitamment pour le Maroc. Sa princesse se meurt. Avant de partir, elle confie à la vieille dame des cassettes audio sur lesquelles elle a enregistré l’histoire de sa princesse : Alia. Elle lui demande de raconter par écrit, l’épopée de l’existence de sa princesse, de redonner vie à son Alia.

Commence alors pour la retraitée, un surprenant et inattendu voyage dans le monde de l’écriture ; monde qui lui était jusque là encore inconnu. Une relation quasi métaphysique entre la princesse Alia et l’écrivain en devenir, s’opère alors… 




Mon avis :

 

Catherine Hermary Vieille nous emmène en de lointaines contrées. Elle nous fait rebondir d’une vie à l’autre ; une qui s’est déroulée et qui s’est terminée, l’autre dont se déroulent les dernières années vesprées. Nous nous apercevons alors que sensiblement, les deux existences finissent par se lier insidieusement, par l’influence qu’Alia finit par avoir sur sa biographe.

Ce roman est une réussite car il est double. Le roman de l’existence d’Alia cohabite avec celui de la vieille femme. Ils sont tous deux très biens menés, pris séparément. Mélangez-les, laissez agir et vous obtenez cette inter-activité entre les deux histoires, ce lien particulier, cette osmose prenante qui nous fait voyager loin, si loin…


 

Quatrième de couverture:

Dans ce roman oscillant entre rêve et réalité, Catherine Hermary-Vieille retrouve la sensualité et l'atmosphère envoûtante du Grand Vizir de la nuit.
Afin d'oublier la monotonie de son quotidien, une vieille dame décide d'écrire l'histoire d'Alia, enfant volée mise en esclavage, et devenue, à force de volonté et d'intelligence, la favorite du Glaoui dans le Marrakech des années 30. Transportée par la fougue de l'univers créé au fil de son récit, immergée dans les sortilèges de ce monde des Mille et une Nuits, elle retrouve la force d'exister et le courage de se révolter.
Mais Alia et la narratrice ne seraient-elles pas une seule et même personne ? Soulignant la puissance libératrice de l'imaginaire et du rêve, Le roman d'Alia est à la fois un bouleversant portrait de femme et un voyage secret et troublant au cœur d'un Orient mythique.

 





 

Mes lectures.


 

Accueil.





 




Art et Littérature

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Bonjourmerci pour m'avoir donné cette envie de lire ce livre.Bonne journéeTshirt To Be UniQ
Répondre
T

Au plaisir.


M
Superbe présentation de l'auteure comme de ce livre qui attise la curiosité et l'envie de lire.  Merci infiniment, Frédéric.  Amitiés. 
Répondre
T

Effectivement, je pense que vous prendrez beaucoup de plaisir à découvrir ces deux femmes attachantes.


A
Merci pour cette présentation de livre. Vous m'avez donné envie de le lire, je ne connaissais pas l'auteur, a-t-elle fait d'autres romans?Valérie
Répondre
T


Cliquez sur la photo du livre, cela vous mènera directement sur la page de Catherine H.V.


Ensuite, cliquez à nouveau sur sa photo, vous aurez alors toutes les informations désirées. J’aime à musser des liens derrière des photos…
Amitiés.