Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyons nos vies comme des œuvres d'art !

Old_book_bindings.jpg
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 08:09

 




Art et Littérature bannière




 

Vivtor Hugo jeune.


 

 

 

Victor-Marie Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français considéré comme le plus important des écrivains romantiques de langue française.

Son œuvre est très diverse : romans, poésie lyrique, drames en vers et en prose, discours politiques à la Chambre des Pairs, correspondance abondante.

Il a contribué, tout comme Baudelaire, au renouvellement de la poésie

 

 

Ses œuvres littéraires :


Théâtre :

  • 1827 : Cromwell
  • 1828 : Amy Robsart
  • 1830 : Hernani
  • 1831 : Marion de Lorme
  • 1832 : Le roi s'amuse
  • 1833 : Lucrèce Borgia
  • 1833 : Marie Tudor
  • 1835 : Angelo, tyran de Padoue
  • 1838 : Ruy Blas
  • 1843 : Les Burgraves
  • 1882 : Torquemada
  • 1886 : Théâtre en liberté (à titre posthume)


Romans :

 

 

 

Poésies :

  • 1822 : Odes et poésies diverses
  • 1824 : Nouvelles Odes
  • 1826 : Odes et Ballades
  • 1829 : Les Orientales
  • 1831 : Les Feuilles d'automne
  • 1835 : Les Chants du crépuscule
  • 1837 : Les Voix intérieures
  • 1840 : Les Rayons et les Ombres
  • 1853 : Les Châtiments
  • 1856 : Les Contemplations (voir "Premier mai", ci-dessous)
  • 1859 : Première série de la Légende des siècles
  • 1865 : Les Chansons des rues et des bois
  • 1872 : L'Année terrible
  • 1877 : L'Art d'être grand-père
  • 1877 : Nouvelle série de la Légende des siècles
  • 1878 : Le Pape
  • 1879 : La Pitié suprême
  • 1880 : L'Âne
  • 1880 : Religions et religion
  • 1881 : Les Quatre Vents de l'esprit
  • 1883 : Série complémentaire de la Légende des siècles

 

 

 

Recueils posthumes :


  • 1886 : La Fin de Satan
  • 1891 : Dieu et 1941

Choix de poèmes parmi les manuscrits de Victor Hugo, effectués par Paul Maurice :

  • 1888 : Toute la Lyre (1893, 1893, 1835-1937),
  • 1893 : Nouvelle série de Toute la Lyre
  • 1898 : Les Années funestes
  • 1902 : Dernière Gerbe et 1941 ( le titre n'est pas de Victor Hugo)
  • 1942 : Océan. Tas de pierres
Autres textes
  • 1834 : Étude sur Mirabeau
  • 1834 : Littérature et philosophie mêlées
  • 1842 : Le Rhin, éd. J. Hetzel-A. Quantin (Paris), 1884, tome 1 disponible sur Gallica et tome 2 disponible sur Gallica
  • 1852 : Napoléon le Petit (pamphlet) éd. J. Hetzel (Paris), 1877 disponible sur Gallica
  • 1855 : Lettres à Louis Bonaparte
  • 1864 : William Shakespeare
  • 1867 : Paris-Guide
  • 1874 : Mes Fils
  • 1875 : Actes et paroles - Avant l'exil
  • 1875 : Actes et paroles - Pendant l'exil (1875)* 1876 : Actes et paroles - Depuis l'exil
  • 1877 : Histoire d'un crime - 1re partie
  • 1878 : Histoire d'un crime - 2e partie
  • 1883 : L'Archipel de la Manche

 

 

 

Œuvres posthumes :

Article détaillé : Œuvres posthumes de Victor Hugo.

  • 1887 : Choses vues - 1re série (mémoires et commentaires pris sur le vif, le titre n'est pas de Victor Hugo)
  • 1900 : Choses vues - 2e série
  • 1890 : Alpes et Pyrénées (carnets de voyage)
  • 1892 :France et Belgique (carnets de voyage)
  • 1896 :Correspondances - Tome I
  • 1898 :Correspondances - Tome II
  • 1901 :Post-scriptum de ma vie, recueil de textes philosophiques des années 1860
  • 1934 :Mille Francs de récompense, (théâtre)
  • 1951 :Pierres (fragments manuscrits)





Premier mai (du recueil, "Les Contemplations.")

Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.
Je ne suis pas en train de parler d'autres choses.
Premier mai ! l'amour gai, triste, brûlant, jaloux,
Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ;
L'arbre où j'ai, l'autre automne, écrit une devise,
La redit pour son compte et croit qu'il l'improvise ;
Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en coeur ;
L'atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine
Des déclarations qu'au Printemps fait la plaine,
Et que l'herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
A chaque pas du jour dans le bleu firmament,
La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
Prodigue les senteurs, et dans la tiède brise
Envoie au renouveau ses baisers odorants ;
Tous ses bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
Dont l'haleine s'envole en murmurant : Je t'aime !
Sur le ravin, l'étang, le pré, le sillon même,
Font des taches partout de toutes les couleurs ;
Et, donnant les parfums, elle a gardé les fleurs ;
Comme si ses soupirs et ses tendres missives
Au mois de mai, qui rit dans les branches lascives,
Et tous les billets doux de son amour bavard,
Avaient laissé leur trace aux pages du buvard !
Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,
Chantent des triolets et des rondeaux aux fées ;
Tout semble confier à l'ombre un doux secret ;
Tout aime, et tout l'avoue à voix basse ; on dirait
Qu'au nord, au sud brûlant, au couchant, à l'aurore,
La haie en fleur, le lierre et la source sonore,
Les monts, les champs, les lacs et les chênes mouvants,
Répètent un quatrain fait par les quatre vents.

Victor HUGO   (1802-1885)





Ecrivains.




Accueil.











Art et Littérature

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires